Le jet d’eau – une histoire industrielle

Si vous deviez résumer Genève en un symbole de carte postale, vous choisiriez à coup sûr le Jet d’Eau. Mais saviez-vous que son « invention » dans le quartier de la Coulouvrenière remonte à 1886 et est liée à l’essor de l’industrie ?

En cette fin de 19e siècle, Genève s’est considérablement développée, tant sur le plan industriel que démographique (elle compte plus de 100’000 habitants). L’heure est à la modernité. Dans ce contexte, l’installation du Pont de la Machine, qui assure la fourniture en eau potable et en énergie (technique de l’eau sous pression), peine à couvrir les besoins grandissants de la ville. Aussi, un projet de nouvelle usine hydraulique est lancé dès 1882.

De la solution technique…

C’est l’ingénieur genevois Théodore Turrettini qui le développera. Après trois ans de travaux, l’Usine hydraulique de la Coulouvrenière (l’actuel Bâtiment des Forces Motrices) est inaugurée en mai 1886. Exploitant la force motrice du Rhône, elle alimente notamment les usines et ateliers d’artisans des quartiers de Saint-Jean et de la Coulouvrenière, dont de nombreux horlogers.

Au niveau technique, une solution fonctionnelle est mise en œuvre afin de maîtriser les surpressions pouvant s’exercer dans le réseau de distribution – c’est d’ailleurs ce qui se passe le soir venu, lorsque les artisans arrêtent leurs machines. Pour y pallier, une vanne de sécurité permettra au surplus d’eau de s’échapper. Le premier jet d’eau de Genève est né à côté du BFM et atteint alors 30 mètres.

… à l’attraction touristique

Il faudra attendre 1891 pour que le Jet d’eau prenne ses quartiers aux Eaux-Vives – Genève souhaite en faire une attraction pour ses visiteurs. De même, il ne culminera à 140 m qu’en 1951.

SIG, propriétaire de ce monument d’eau, en assure le fonctionnement et l’entretien. Il est confié aux soins attentifs de cinq retraités volontaires de l’entreprise, qui veillent sur lui afin d’en garantir le bon fonctionnement.

Lorsque que l’on sait que la vitesse de sortie du Jet d’eau atteint 200 km/h pour un débit de 500 litres par seconde, on comprend que ses deux pompes, baptisées Jura et Salève, aient droit à quelques égards…

Une histoire et un symbole à découvrir en vidéo

FacebookTwitterEmail to someone
Retour